en mai 2013

 

Le 4, Écho à la fête des 3 Waloupi Le 5, Écho au Spectacle de Danse de l'Académie: «Cinéma» Le 11, Écho à la Fête des Mères à l'initiative du Comité de quartier de Pironchamps Haut

Le 17, Écho à la Fancy-fair de la Marelle

Le 17,Écho à «Cirque à l'école» à Waloupi Wainage Le 17,Écho à l'exposition 2e guerre mondiale de la 6e année, école libre de l'Amion
Le 25, Écho à la fête enfantine des écoles libres de Farciennes Le 25, Écho au concert donné au Centre Culturel par le Groupe B point A Le 26, Écho à la fête de l'amitié
Le 31, Écho à un atelier pour les parents à Waloupi Pironchamps: peindre à la manière de

FARFLEUR : Un site entièrement bénévole pour le seul plaisir de compléter votre information locale

 

Farciennes,
le 4 mai

Les 3 Waloupis en fête à la fois

Ces festivités communes se sont déroulées en la salle du site du Louât, question primordiale: l'espace vital pour un public venu en foule

Bar, sandwichs, pizzas, frites, buffet de pâtisseries préparées par les mamans, il n'y avait aucune carence en moyens de se restaurer.

L'essentiel de pareille fête est évidemment ailleurs: ça se passe d'abord en dehors de la salle, en coulisses, où l'on veille fiévreusement aux derniers préparatifs, à la bonne tenue des costumes auxquels on a consacré tant d'imagination, de temps, en coulisses où l'on attend son tour.

Car vient l'instant où les cœurs des enfants et des enseignants se mettent à battre plus vite; on va entrer en scène, devant ses parents, sa famille, mais aussi une impressionnante masse d'inconnus: l'instant n'est plus à la tergiversation: il faut montrer en quelques minutes le fruit d'heures de travail.

Les charmes de la fête enfantine sont faits de toutes ces émotions, et de celles, attendries, un peu inquiètes quelquefois, des géniteurs qui ont donné la vie aux jeunes comédiens et danseurs d'un jour.

Voici comment les avait accueillis la directrice du groupe, Audrey Meneguzzi.

Bonjour à tous!

Chers parents et amis de Waloupi, je vous souhaite la bienvenue et vous remercie pour votre présence.

Cette année encore, nos enfants ont travaillé durant plusieurs semaines avec leurs enseignants pour pouvoir vous présenter aujourd'hui leur fancy-fair 2013.

Le Louât va effectuer un bond de 30 ans dans le passé pour atterrir dans les années 80! Des chansons qui rappelleront pour beaucoup d'entre nous notre propre enfance.

Quant à Pironchamps, il nous emmènera au temps des cow-boys! Les enfants ont enfilé leurs bottes et mis leur chapeau pour une ambiance «Country» assurée !!

Et enfin, le Wainage va nous faire son cirque! Nous croiserons clowns en tous genres et animaux savants. Même les chevaux seront de la fête, ainsi que les personnages fantastiques du cirque moderne.

Pour clôturer comme il se doit notre spectacle, un chant final réunira tous les élèves du groupe scolaire Waloupi. Je n'en dirai pas plus... sauf qu'à une semaine de la fête des mamans, vos enfants ne pouvaient pas vous oublier...

Avant de laisser place aux enfants, je tiens à remercier toutes les personnes sans qui cette fête ne pourrait pas avoir lieu: tous les enseignants, Mme Nathalie, le personnel d'entretien, les ouvriers communaux, toutes les personnes qui viennent volontairement nous aider, et bien entendu tous les parents qui ont mis une fois de plus la main à la pâte pour garnir notre buffet «pâtisseries».

Merci à tous, et place aux enfants...

Le programme

 
 
Les 3 Waloupis, c'est
  • une directrice (Audrey Meneguzzi)
  • 111 enfants en maternelle
  • 126 élèves en primaire
  • 7 institutrices maternelles
  • 1 PTP
  • 1 puéricultrice
  • 9 enseignant(e)s primaires
  • des maîtres spéciaux


 

Farciennes
le 5 mai

L'Académie a dansé sur des airs de «Cinéma»
Et nous avons rencontré des gens heureux…

et souriants:

  • David Baltuch (Directeur) qui nous dira que son académie se porte bien.
  • Élisa Dedola, un professeur de danse chaleureux et enthousiaste
  • Des élèves souriants, joyeux comme une belle famille pleine d'affection
  • Un public de 300 personnes ravi par le spectacle donné à la salle des fêtes

«Oui, l'Académie se porte bien, se réjouit David Baltuch. Non seulement elle a maintenu les annexes précédemment ouvertes, mais elle a pu y adjoindre de nouvelles antennes:

  • à Oignies (théâtre, initiation musicale)
  • et à Pont-de-Loup (de même alternativement).

Notre bâtiment (l'ancienne maison communale) a été réaménagé; il est en plein centre de la commune, donnant sur la Grand-Place également parfaitement rénovée, ce qui joue positivement sur toute la population de l'Académie, à commencer par l'humeur des professeurs qui ne doivent plus traverser des champs de boue avant de gagner leur classe.

Sur les parents également, qui déposent et reprennent leurs enfants dans un cadre fort agréable.

Si tout va bien, nous ouvrirons peut-être deux nouvelles activités à la prochaine rentrée, pour autant que des écoles en soient preneuses.

l'Académie réunit maintenant un demi-millier d'inscrits.

  • 100 en danse
  • 100 en arts parlés
  • 300 en musique.

Elle est vraiment, sur une belle pente ascendante.

Sur fond de scène noir pailleté, pétillant au gré des lumières déversant en neige des touches argent, or, rouges, bleues... et encadré de tentures rouges, toutes les classes de Mme Dedola ont enchaîné les séquences diverses: 3 danses pour les plus jeunes, 4 pour les plus grandes.

Le professeur investit beaucoup dans les costumes; elle sait si bien les choisir qu'ils semblent écrits dans la partition et la chorégraphie qu'elle a construite; même les plus classiques se parent de jeux pastels très purs sublimés par les éclairages.

Pourquoi le thème du cinéma ?

«De manière générale, explique Élisa Dedola, les musiques de film sont de plus en plus belles, de plus en plus intéressantes et de plus en plus connues. Voilà un bon moment que je pensais à chorégraphier un spectacle sur ce thème général.

Par ailleurs, je suis professeur de danse classique, mais aussi jazz. Ce qui ne faisait que renforcer cette idée, et ce qui explique l'insertion de danses un peu plus «remuantes».

Ce n'est pas toujours facile.

Par exemple, les petites ne viennent au cours de danse qu'une heure par semaine; et pourtant, à partir d'un mois de travail, on peut quand même arriver à quelque chose de bien.

Certes, c'est parfois dur, mais c'est formidablement agréable.»

Et cette passionnée autant grande sœur que professeur s'interrompait pour encourager avec bisou à une de ses jeunes protégées.

À noter encore, avant de vous livrer le programme, que deux étudiantes terminaient cette année leur cursus en danse à l'Académie de Farciennes où elles ont tout suivi, de la formation 1 à la qualification 7; elles passeront leur dernier examen farciennois en juin. Bravo à Marie Dea et Kimberley Hillaert !

Le programme

 
Visiteurs Benjamin Scandella, échevin de la culture; Dogan Vancranem, conseiller,…

 

Pironchamps
le 11 mai

Fête des mamans
Depuis des années, le Comité de Quartier de Pironchamps Haut invite les mamans à une fête en leur honneur.

Et pour être précis, la fête 2013 était la 13ème.

Six membres du comité se dévouaient à sa bonne marche, comme au service des sandwichs, tartes et boissons.

Pendant ce temps, l'ambiance musicale jaillissait des doigts talentueux du pianiste claviériste Paolo.

Cinquante mamans furent fleuries, sous une forme durable, car chacune reçut une plante annuelle. L'autre cadeau de la soirée ravit tous les cœurs: un récital de Pino Santoro.

S'étendre encore sur le talent de notre artiste serait presque lui faire injure. Voix, technique et chaleur humaine, il a toutes les plus belles cordes, et pas seulement vocales…

Généreux et souriant, Pino souhaita bonne fête aux mamans à l'instar de Bruno Cappelletti, président du comité. Ensuite, en 4 x 3/4 heure, il fit de la soirée un hommage aux femmes, au couple et à l'amour.

 
Comité Une dizaine de membres constituent le comité de quartier de Pironchamps Haut.
Visiteurs Dogan Vancranem (conseiller communal), Dominique Vostier (directrice animatrice du Centre Culturel de Farciennes),…

Farciennes
le 17 mai

La Marelle a fait son show
La salle des fêtes de la rue Daix était aussi pleine qu'heureuse, grâce au spectacle de fancy-fair déployé par La Marelle

Ancienne lève de l'école, la comédienne et humoriste Aurélie Machelart présentait les nombreux numéros à une salle archi comble et légitiment ravie.

Si enthousiaste, il faut bien l'avouer, que quelques uns, ne résistaient pas à un fort emballement photographique pour des gros plans de leur enfant.

Voilà une jolie preuve d'amour et de fierté, certes; malheureusement aussi d'un égoïsme gênant la vue des plus «sages», ainsi que le travail de ceux qui filmaient ou photographiaient officiellement. Il y fallut plusieurs rappels pour obtenir un semblant d'ordre

Le remarquable spectacle enfantin et avant lui tout le travail des enseignants avec leurs classes méritaient plus de respect et les jeunes artistes un meilleur exemple de discipline adulte.

Entendons-nous bien, il ne faudrait absolument pas du tout (ce qui serait terriblement injuste) que ce tout petit bémol fausse l'excellente impression laissée par la symphonie de ce remarquable spectacle si bien préparé, répété, soigné dans les costumes et interprété avec un cœur énorme: la fancy-fair de la Marelle a été une réussite pleine et vraiment très belle.

Il règne dans l'établissement communal en croissance constante une jolie harmonie.

Elle se traduisit par l'offre de fleurs à la directrice Sonia Geenen amenée pour cela au beau milieu du quasi demi-millier d'enfants qui peuplent son école.

Après le spectacle, 150 personnes se retrouvaient afin de partager un dîner boulettes-frites.

 

Le programme

 

La reproduction du programme risquant de ne pas être très lisible sur certains écrans, insistons sur les remerciements, d'ailleurs adressés oralement par la directrice aux aides reçues, dont celles des mamans et enseignantes ayant confectionné les costumes.

Visiteurs Le député bourgmestre Hugues Bayet, la directrice honoraire France Watrin, …
La Marelle Sonia Geenen dirige cette école communale forte de 160 élèves en maternelles (avec 8 institutrices et 1 puéricultrice), 282 élèves en primaires (avec 15 enseignants)

 

Farciennes
le 17 mai

«Cirque à l'école» Waloupi Wainage
C'était le cirque, vendredi à Waloupi Wainage! Pas le chahut, non, le vrai, le beau cirque !

Et qui plus est, avec en guise d'artistes la 3e maternelle (9 enfants), les 1e et 2e primaires (10 élèves).

Drôle d'idée, direz-vous, de transformer les bambins en clowns, équilibristes et autres personnages du genre. Génial, au contraire, et occasion pour eux d'un fameux bonheur.

Vous comprendrez mieux en lisant la présentation faite par la directrice, Audrey Meneguzzi :

 

Bonjour à tous.

Merci d'avoir répondu à l'invitation de vos enfants.

Nous avons l'honneur de compter parmi nos spectateurs notre Bourgmestre, M.Bayet, et notre échevin, M.Demir.

Vous êtes ici aujourd'hui pour assister à la finalité du projet «Cirque à l'école» sur lequel les classes de 3ème maternelle, 1ère et 2ème année primaires travaillent depuis plusieurs mois!

Une longue histoire qui a commencé en octobre par la matinée cirque, animée par l'asbl Vivasport...

...rapidement suivie par la visite du cirque Bouglione à Bruxelles.

De quoi donner l'envie à nos p'tits bouts de réaliser à leur tour un spectacle de cirque!!!

C'est Mr Thomas, de l'ASBL Cirk'émoi qui a accepté de travailler avec nous, et qui organise des ateliers à l'école depuis le mois de janvier.

C'est le résultat de ces mois de travail que vous allez voir aujourd'hui!

Je tiens à remercier Mme Roseline, Mme Jennifer (qui malheureusement n'est pas présente aujourd'hui suite à des ennuis de santé) et Mr Thomas pour leur investissement.

Je félicite aussi nos artistes en herbe. Applaudissons-les pour les encourager.

Des applaudissements qu'ils ont pu ramasser à la «pelle de bulldozer», si vous nous permettez cette formule destinée à évoquer la formidable dose d'enthousiasme qui récompensait justement le leur et celui de leur encadrement.

Tenu compte de leur âge très tendre et de leur diversité, ils ont montré des numéros tout bonnement extraordinaires; à son expérience circacienne, Thomas Lallemand ne mélangerait-il pas quelques grains de sorcellerie?

Mille fois «bravo» à tous!

Partenaires Thomas Lallemand (asbl Cirk'Émoi) et les institutrices Jennifer Lazzano et Roseline Quintens
Visiteurs Le député bourgmestre Hugues Bayet, l'échevin Attila Demir,…

Farciennes
le 17 mai

Exposition 2e guerre mondiale

6e primaire des écoles libres de Farciennes

Sur le Thème général «pour se souvenir», les 15 élèves de 6e confiée par l'école libre de l'Amion à Anne-Catherine Hérion, ouvrait vendredi matin une exposition où le «Memory Soldiers» avait sa part.

Au point de départ, on trouve un exposé en classe de Daniel Vanherk, président du Club «Memory Soldiers».

Cet exposé a fait germer l'idée d'un projet pédagogique orienté sur la deuxième guerre mondiale et précisément sur le débarquement de Normandie le 6 juin 1944.

Par groupes et en allant à la chasse aux documents, parfois dans leur famille et bien plus souvent sur internet, les élèves ont progressivement constitué des panneaux éducatifs, avec l'aide de D. Vanherk revenu plusieurs fois pour cela en classe au Cercle Sainte-Barbe.

Vendredi matin, parfois maquillés pour évoquer le camouflage des combattants, ils ont accueilli pendant deux heures des parents, des amis et les plus jeunes de leur école, se faisant un devoir de donner clairement toutes les explications voulues et souvent demandées.

On ne manquait pas d'être agréablement surpris par leur savoir autant que par la curiosité pertinente et attentive des plus petits visiteurs.

Une photo attirait l'attention: celle d'Odon GODART. Natif de Farciennes, ce météorologue et imminent savant était mis à l’honneur par un groupe d’enfants pour son travail dans les services météorologiques alliés qui furent à la base de la décision finale du choix de la date du débarquement.

Le «Memory Soldiers» fête justement ses 20 ans cette année. L'association avait prêté son expertise à la préparation pédagogique et exposait divers équipements de l'époque en complément des panneaux éducatifs dressés par la classe.

L'exposition était également l’occasion de souligner le 20ème anniversaire de la collaboration entre ces collectionneurs, et l’école qui a été la première à leur ouvrir ses portes en 1993.

Bien entendu, en 20 années le Memory Soldiers a aussi travaillé avec les autres réseaux d’enseignement de l’entité, mais aussi à Châtelet et à l’UT de Charleroi .

L'école
Cédric Genot dirige les 4 implantations des Écoles Libres de Farciennes : Amion, Cercle Sainte-Barbe, Les Chatons, au Louât.
Visiteurs
Le Commandement militaire de la Province de Hainaut était représenté par son administrateur, le colonel Bancu, et par le Commandant Despeghel.

Farciennes
le 25 mai

Les écoles libres en fête
Les plus anciens l'appellent encore "Fête de l'Amion", et c'est bien là qu'elle se déroule.

Elle n'a changé de nom que par le regroupement des implantations libres (voir le détail en fin d'écho). On parle donc maintenant de la Fête enfantine des écoles libres farciennoises.

Cette manifestation a occupé la journée entière.

Judicieuse prévoyance: cette année, les organisateurs avaient fait appel à un chapiteau: jeunes artistes d'un jour et public leur en savent infiniment gré!

Journée très chargée en rendez-vous pour Farfleur. Notre illustration souffre bien involontairement de ne pouvoir tout évoquer.

Nous avons essentiellement pu voir les prestations matinales des plus petits: un enchantement et une idée remarquable; au lieu de les lancer dans des évolutions compliquées, ils ont joué des fables, des contes, des textes diffusés par la sonorisation. Dans des décors parfaits et des costumes qui ne l'étaient pas moins, les enfants s'amusaient visiblement beaucoup, avec une gestuelle et des mimiques extrêmement bien adaptées.

Un régal.

Vous verrez l'ensemble du programme ci-dessous; bien structuré, il était fort prometteur, et l'on ne doute pas que la fête fut réussie, tout comme la restauration à laquelle 160 personnes avaient réservé leur couvert.

Château gonflable, pêche aux canards, pains-saucisses, pâtisseries préparées par des mamans, stand miel, bar, restauration... et vous savez presque tout sur ce qu'offrait la fête.

Le programme

 
Les écoles libres farciennoises
  • Un directeur: Cédric Genot
  • 28 enseignant(e)s
  • 300 élèves

      • L'Amion, 14 rue Amion:
          • 10 enseignantes ou maîtres spéciaux
          • 3 années maternelles
          • 3 classes primaires (1, 2 et 3)
      • Le Cercle, 7 rue de la Station
          • 6 enseignantes ou maîtres spéciaux
          • 3 classes primaires (4, 5 et 6)
      • Les Chatons, 84 rue Ferrer
          • 5 enseignantes, assistante maternelle ou maître spécial
          • 3 années maternelles en 2 classes
      • Le Louât, 4 rue du Louât
          • 10 enseignant(e)s ou maîtres spéciaux
          • les 3 années maternelles en 2 classes
          • une classe de 1e et 2e primaires ou en 2 classes selon nombre
          • une classe de 3e et 4e primaires

N.B. Les maîtres spéciaux œuvrent évidemment sur plusieurs sites.

 

Farciennes
le 25 mai

Excellente soirée avec «B point A»
«Chansons à nous, chansons des autres», l'excellent groupe a régalé le Centre Culturel.

Le groupe B point A, ce sont :

      • Armand Depasse (chanteur, arrangeur, pianiste, réparateur et accordeur, compositeur, interprète à l'oreille absolue),
      • Béatrice Brunclair (voix et composition),
      • Dant Devi (guitare et voix),
      • Michel Mine (batterie),
      • Gilles Massart (basse, voix, professeur de musique, compositeur, arrangeur, chef de chorale,…),
      • Corentin Deseranno (batterie,intérimaire),
      • François Bourgeois (ingénieur du son)

Une équipe exceptionnelle qui ne fait pas de la musique et du chant par hasard, par simple hobby; ils savent ce qu'ils font, comment le faire, et cela s'entend, évidemment.

Le groupe B point A a distillé pour le public du Centre Culturel une soirée excellente, fort appréciée des 70 spectateurs (environ), qui reprenaient parfois les refrains en chœur avec une chanteuse sympa, très proche de ses auditeurs et n'hésitant pas à s'adresser à eux de la façon la plus naturelle et la plus souriante qui soit.

Les autres membres du groupe sont tout aussi talentueux, tant vocalement qu'aux instruments; cela ne pouvait donc qu'être un succès, d'autant que le répertoire propre du groupe aussi bien que ses emprunts étaient de qualité.

Encore une bonne programmation du CC animé et dirigé par Dominique Vostier.

Plus de détails sur ce groupe dans l'excellente revue du Centre Culturel (La Vie à Farciennes n°54) ou sur le site http://www.bpointa.com/
Visiteurs Dogan Vancranem, Céline Bruyninckx, (conseillers communaux), etc.

Farciennes
le 26 mai

La 14e fête de l'amitié
Elle ne s'essouffle pas; tout au contraire, elle se complète, se renouvelle, et attire toujours la très grosse foule sur l'esplanade de la rue Daix.

On ne saurait guère mieux définir la philosophie citoyenne qui sous-tend la fête de l'amitié qu'en reprenant les termes de l'invitation:

Cette fête, véritable rendez-vous multiculturel, est l’occasion pour les diverses communautés, d’être mises à l’honneur, de partager et de présenter leur tradition, leur folklore, leur culture, leur art culinaire, au moyen de stands gastronomiques, de chants, de danses,...

Mais il s’agit également d’une rencontre citoyenne démocratique, active et concertée entre les différentes communautés, les comités de quartiers, le tissu associatif et les services communaux présents sur le territoire de Farciennes.

Un partenariat énorme se déploie chaque année pour cette communion culturelle absolument exemplaire dont Farciennes peut s'enorgueillir, car elle transcende de la meilleure façon qui soit les valeurs humaines de compréhension, de tolérance. Un humanisme que l'on aimerait voir prendre la place des images affreuses des fanatismes de tous bords qui font beaucoup trop l'information.

Voici les partenaires de cette démonstration de respect et de fraternité agissante:

Les Autorités communales de Farciennes, ainsi que: La Communauté marocaine, la Communauté grecque, la Communauté italienne, la Communauté turque, la Communauté Sud saharienne, le Centre culturel Alevi de Charleroi, la Croix-Rouge, l'ONE, l'ICDI, l'ASBL Oxyjeunes, l'AMO Visa Jeunes, l'ASBL le C.R.I.C, la Bibliothèque communale, Horizon-F, Maison Ouverte, la Zone de Police Aiseau-Presles-Châtelet-Farciennes, le Patro, le Comité de quartier de la cité De Brouckère, l'ASBL Sida IST Charleroi-Mons, l'ASBL Urban Active, Farciennes +, le CPAS, l'Académie de Musique, l'ASBL Art'illery, l'ASBL Sodraep OXYvolley, la Royale Nervienne et le Service de Sécurité et de Prévention des Gardiens de la Paix

Une grosse majorité d'entre eux occupaient les stands sous les tentes vertes ceinturant l'esplanade de la rue Daix. La salle était aussi mise à contribution et accueillait une partie du spectacle inclus dans le programme ci-dessous, par exemple des danses folkloriques, des chants...

Nous reviendrons juste après ce programme sur les nouveautés 2013, (une édition où l'on eut le plaisir de revoir l'un des fondateurs de la manifestation, Jean-Pierre Raillon, échevin à l'époque).

Le programme

Il faut souligner des nouveautés:

  • Un thème général: le pain
  • S'il est bien un point commun à tous les hommes, c'est le besoin élémentaire de nourriture. Pour y satisfaire, pratiquement toutes les civilisations et tous les peuples d'aujourd'hui ont imaginé leur pain. C'est l'aliment le plus commun, la base essentielle, mais déclinée de mille façons par les cultures diverses.

    Chaque communauté représentée par un stand avait ainsi été invitée à illustrer ce thème en présentant le pain à sa façon. Résultat: un fort intéressant tour de Farciennes la multiculturelle, avec beaucoup de découvertes savoureuses.

  • Le texte Ensemble:

    Il s'agit des paroles de la chanson de Pierre Rapsat "Ensemble", dont un représentant de chaque communauté disait successivement une partie dans sa propre langue, wallon inclus. Un symbole puissant d'unité.

  • L'Asbl Urban Active:

    Toute nouvelle, l'ASBL présidée par Massimo Bartolone et lancée sur l'idée de quelques jeunes gens se donne l'objectif de relancer l'animation à Farciennes. On en parle déjà pour les prochaines festivités. En attendant, elle a mis une ambiance toute particulière à la fête de l'amitié, en invitant le public à une "flash-mob" entraînée par la gestuelle modèle d'un grand nounours .

  • Le récital d'une importante vedette de la chanson turque: Zeynep Baskan

    Chanteuse originaire de la région turque voisine de la mer Noire, cette véritable vedette (que vous pouvez écouter sur You Tube) était venue spécialement pour la fête. Une splendide occasion de découvrir une autre variété que française en même temps que des instruments différents, comme le kemence à 3 cordes.

    Il nous revient par ailleurs que l'artiste sympathique est revenue se produire une seconde fois en début de soirée.

De vifs remerciements à Monsieur le Bourgmestre Hugues BAYET, Madame l'Échevine Josephine CAMMARATA, Monsieur l'Échevin Benjamin SCANDELLA, Monsieur l'Échevin Attila DEMIR, Monsieur l'Échevin Alex DEBRUX et à la Coordinatrice de Projet Madame Nadia MOUTTAKI pour leur soutien ainsi qu'aux visiteurs et aux participants pour leur présence.

Visiteurs
Dans l'incapacité absolue de pouvoir citer toutes les personnes qui devraient l'être, on comprendra que nous préférions n'en nommer aucune.

 

Pironchamps
le 31 mai

Des parents artistes à Waloupi
Des sourires, de l'application et la découverte de talents…

Inimitables, les grands artistes et parfois sculpteurs que furent Magritte, Léger, Giacometti, Monet, Miro, Arcimboldo, Rousseau, Van Gogh, Matisse, Kandinski, Picasso, Staël, Seurat, Klee,…

Inimitables? Quoique …

La majorité d'entre eux se retrouvaient en portraits sur un panneau réalisé par les élèves du groupe scolaire communal Waloupi, implantation de Pironchamps.

Ce n'était pas qu'une simple collection pour le plaisir; le projet scolaire, tel une sournoise poupée russe, en dissimulait un autre…

Vendredi matin, les parents furent accueillis autour de tasses de café et de biscuits; une fois passé ce temps de convivialité et de libre bavardage,… au travail.

Le défi n'était pas mince: couleurs, pinceaux, crayons, papier, terre glaise: le matériel abondait. Les parents n'avaient plus qu'à s'exécuter et se mettre à (tenter de) peindre ou modeler à la manière d'un des grands artistes historiques ci-dessus nommés.

Il y eut des résultats, disons,… curieux; il y en eut aussi de surprenants, car on découvrit au hasard des tables de véritables talents de coloristes, des mains habiles au pinceau: des réalisations dont ce fut pour une fois la progéniture qui put se dire fière de ses géniteurs, spectacle tout aussi gratifiant mais moins courant que l'inverse dans les écoles.

Et ce fut en tous les cas pour tout le monde une excellente matinée de détente, moins légère qu'il n'y paraît.

N'y avait-il pas là, un temps privilégié de rencontres, de compréhension, de découvertes et de joies partagées, de quoi souder encore plus harmonieusement une belle communauté éducative?

Des travaux des élèves étaient par la même occasion exposés dans des classes.

Pour saluer leur chef-d'œuvre, les parents recevaient un diplôme en bonne et due forme…

Waloupi Pironchamps

Directrice du groupe: Audrey Meneguzzi

  • 37 élèves en primaires,
  • 21 enfants en maternelles.

  • 2 institutrices primaires
  • 2 maternelles
  • une aide à mi-temps.
Visiteurs Le député bourgmestre Hugues Bayet, les échevins Attila Demir et Benjamin Scandella sont passés apprécier le travail…