Farfleur: un site entièrement bénévole pour le seul plaisir de compléter votre information locale...



Ça s'est passé à

En MAI 2016

Pour se diriger, dans tous les cas : cliquer sur une mention en bleu soulignée.

Impossible de voir les photos? Si vous ne voulez pas installer Flash Player, trouvez le mot facebook sous l'écran. S'il est en bleu souligné, maintenez ctrl et cliquez dessus. Cliquez sur la 1e miniature; plein écran, avant, arrière, tout est possible. Pour revenir sur farfleur, fermez l'onglet de facebook. Aucune inscription nécessaire, l'insertion de nos photos sur Fb est publique.

Le 20: La Marelle fait son show Le 21: Le 6e Mémorial Laurent Hincq. Le 22: De la tête aux pieds, spectacle d'élèves de l'Académie (danse et théâtre)
Le 27: Journée sportive à Waloupi
Le 29: La Fête de l'Amitié

 

le 20 mai

«LA MARELLE» FAIT SON SHOW

Le fameux spectacle présenté par La Marelle avait un savoureux prolongement pour les 80 personnes qui avaient réservé un couvert au dîner qui suivait et dont voici le menu...

- Potage aux oignons
- Rôti de volaille sauce provençale ou champignons
- Frites
- Chou à la crème

 

La directrice, Sonia Geenen accueillit ainsi le public

« Bonjour à tous.

Un tout grand merci d'avoir répondu "présents" pour venir apprécier le show de «La Marelle» qui reste l'événement de l'année, même si d'autres rencontres sont organisées tout au long de la même année.

Merci d'avoir pris sur votre temps pour certains, afin de découvrir le spectacle de qualité que les élèves et leur enseignant ont préparé avec un grand professionnalisme de metteur en scène, de danseur et de régisseur.

Avant de commencer le spectacle, je tiens à remercier, au nom de toute l'équipe, toutes les personnes qui gravitent autour de l'organisation de cette journée:

    • les auxiliaires prof.
    • les agents communaux
    • les techniciennes de surface
    • les mamans
    • les mamys (NDLR: dont l'une avait confectionné tous les nombreux costumes d'un des numéros)
    • Mlle Machelart, comédienne, pour la présentation des numéros

Voilà. Je terminerai par la lecture d'un poème de Paul Fort, car, sans me prendre pour Martin Luther King qui a dit :
« I have a dream » j'ai aussi fait un rêve et ce texte le résume bien.

Très émue, Mme Geenen a laissé le soin de cette lecture à Aurélie Machelart

Si toutes les filles du monde voulaient s'donner la main
Tout autour de la mer, elles pourraient faire une ronde
Si tous les gars du monde voulaient bien êtr'marins
Ils f'raient avec leurs barques un joli pont sur l'onde
Alors on pourrait faire une ronde autour du monde
Si tous les gars du monde voulaient se donner la main
Si tous les gars du monde
Décidaient d'être copains
Et partageaient un beau matin
Leurs espoirs et leurs chagrins
Si tous les gars du monde
Devenaient de bons copains
Et marchaient la main dans la main
Le bonheur serait pour demain
Ne parle pas de différence
Ne dites pas qu'il est trop blond
Ou qu'il est noir comme du charbon
Ni même qu'il n'est pas né en France
Aimez-les n'importe comment
Même si leur gueule doit vous surprendre
L'Amour c'est comme au régiment
Il n'faut pas chercher à comprendre
J'ai mes ennuis et vous les vôtres
Mais moi je compte sur les gars
Les copains qu'on ne connaît pas
Peuvent nous consoler des autres
Le Bonheur c'est une habitude
Avec deux cent millions d'amis
On ne craint pas la Solitude..

Paul FORT, Ballades françaises, (élu en 1912 «Prince des Poètes»)

 

Suivit le show, tous ses numéros présentés par Aurélie Machelart avec la diction impeccable de son métier de comédienne. Ce fut un spectacle assez éblouissant, égrenant ses numéros dans un excellent rythme.

Costumes exceptionnels réalisés par les enseignantes, des mamans et des grands-mamans, chorégraphie très au point, une assez phénoménale diversité dans le choix des titres et une organisation exemplaire...

... tous les ingrédients de la recette magique étaient rassemblés, y compris une joie évidente et communicative.

Avant le chant final, Sonia Geenen a félicité enseignants et enfants en insistant sur le "for-mi-dable" spectacle

Malgré son importance en nombre, «La Marelle» conserve toutes les allures d'une famille idéale où l'on s'entend à merveille sans hésiter à se le manifester. Des exemples ?

Sonia Geenen, directrice, a été appelée en chœur par les élèves scandant son prénom et remerciée de son dévouement pour l'école par un très beau montage floral. Elle-même a offert une rose blanche à chaque enseignant. Annick Gwizd, institutrice temporairement sur la touche, a aussi été fleurie par ses élèves qui lui ont souhaité un prompt rétablissement.

Qualité, talent, organisation, convivialité, ambiance chaleureuse... «What else ?»

 

 

 

Le spectacle a été applaudi par environ 600 personnes, avec une visite de l'échevin Benjamin Scandella (requis ensuite par les devoirs de sa charge) et de la directrice honoraire France Watrin (qu'un pépin de santé passager a empêchée d'assister à l'ensemble)


Sous la direction de Sonia Geenen, «La Marelle» encadre 457 élèves en 18 classes de primaires et 8 maternelles, avec un nombre égal d'enseignant(e)s, auxquels s'ajoutent une puéricultrice et deux psychomotriciennes, un professeur de gymnastique et Charlène, secrétaire.

Vision impossible ? Touche Ctrl maintenue, clic sur ce mot «facebook» s'il est souligné et écrit en bleu.

le 22 mai

6e MÉMORIAL LAURENT HINCQ

Laurent Hincq était né à Farciennes en 1971. Journaliste sportif de talent et sportif de très bon niveau lui-même, sa bonne humeur et son dynamisme faisaient de lui un homme que l'on ne pouvait qu'apprécier.
Le destin aveugle n'en eut cure. Un accident de voiture mit un terme brutal à sa vie et à celle de sa fiancée au retour de vacances en Espagne en 2010.

On ne pouvait oublier comme cela un homme aussi charmant. Très vite, un mémorial fut créé; rien de pompeux - il ne l'aurait certainement pas apprécié - simplement un tournoi de jeu de cartes, et pas n'importe lequel.

Le jeu qu'il préférait; le «Rikiki», un jeu assez désarçonnant de prime abord, mais qui n'est pas sans en appeler à des qualités de fine stratégie. (Tous les détails sur cet "ascenseur" ou "grimpette" comme on l'appelle aussi sur http://52cartes.com.free.fr/Ascenseur.html

Organisé par Thierry Mollet (tennis de table) et Olivier Chausteur (volley ball), le 6e mémorial vient d'avoir lieu au hall des sports. Trente-huit joueurs y ont participé, en présence de Josiane, Noël, parents de Laurent, et d'autres membres de sa famille.

LE CLASSEMENT fut proclamé peu après 18h

                          1. Valérie Alart
                          2. Éric Debeselle
                          3. Jules Bertrand
                          4. Vincent Leduc
                          5. Vincent Lotte

Victorieuse pour la 3e année consécutive, Valérie Alart devient propriétaire définitive du trophée. Il faut aussi mentionner dans les récompenses un panier de fruits offert par Dario et un panier de produits de bouche offert par Sambre et Biesme. D'autre part les gains devaient être distribués aux 4 premiers, le 5e recevant une entrée gratuite au prochain mémorial.


- Un souper porchetta suivait le tournoi
- Il a rassemblé 70 convives.

 
Vision impossible ? Touche Ctrl maintenue, clic sur ce mot «facebook» s'il est souligné et écrit en bleu.

le 21 mai

DE LA TÊTE AUX PIEDS: danse et théâtre avec l'Académie

La séance à laquelle l'Académie de musique conviait dimanche en la salle de la rue Daix tenait à la fois du spectacle et de la réunion d'information pour les parents.

Les élèves de 5 à 7 ans en préparatoires confiés à Antonella Licitri (professeur d'arts parlés) ouvrirent le spectacle par un travail d'expression corporelle.

«À ce jeune âge, on ne peut leur demander de porter la voix dans une salle aussi volumineuse. Avant de danser, les élèves se sont présentés par un montage d'exercices accomplis au fil de l'année

On en vint ensuite à la danse, en deux parties séparées d'une pause. En danse classique comme en danse jazz, des élèves des divers niveaux, illustraient de leur spectacle des parcours pédagogiques commenté par le directeur David Baltuch. Voici l'essentiel des informations.

  • L'Académie accepte les enfants en danse dès 5 ans, dans un apprentissage ludique qui suscite l'éveil du corps, amorce le respect des consignes et des autres, la prise de conscience des rythmes et de l'espace.
  • Vers 7 ans, l'enfant prend conscience de ses capacités corporelles, de son aptitude à coordonner ses mouvements. Il aborde les premiers pas et le vocabulaire propre à la danse classique. Il y faudra temps et efforts: 5 ans de Formation et 7 de Qualification. Cela explique beaucoup d'abandons, mais certains y prennent plaisir; l'enseignement consiste à leur donner un maximum de matériel et d'astuces pour le meilleur résultat possible.
  • Les garçons sont rares en danse classique, sans doute par préjugé (c'est pour les filles!). Pourtant, c'est la base de toutes les danses et d'autres disciplines comme le patinage artistique.
  • Les cours de danse jazz sont accessibles à 8 ans. Ils exigent une discipline propre et un vocabulaire (ici, en anglais).
  • Ensuite vient la chorégraphie; en un an, l'enfant peu d mémoriser une ou deux chorégraphies, s'il répète à domicile
  • Le cursus en jazz est de même structure qu'en classique.
  • Des parents reprochent trop d’exigence; mais la fréquence est importante, et on ne peut laisser faire des erreurs. Réussir un pas compliqué devient un plaisir et apprend que les difficultés font partie de la vie, d'où l'intérêt de les affronter très vite

Sylvie Jamotte donne cours de danse à Farciennes depuis deux ans. C'est une passionnée qui, par exemple, réalise ou achète elle-même les costumes. Elle abonde dans le sens des réflexions de David Baltuch et déplore...

«...beaucoup d'absences et de travail à domicile non accompli. En une ou deux chorégraphies Le spectacle de ce dimanche tente de refléter pour les parents ce qui a été vu au cours de l'année. Il s'agissait aussi de faire plaisir aux enfants en leur montrant que leur travail n'a pas été vain

On retiendra enfin aussi l'intervention de l'échevin Benjamin Scandella, notamment en charge de la culture et de l'Académie. On sait que promesse avait été faite: l'Académie allait retrouver la Grand'Place et des locaux impeccablement rénovés.

«Mais les travaux, dit-il, ont pris du retard, sans que la commune en soit responsable. Cette fois on espère vraiment cette rentrée au centre en septembre et la fin de la cohabitation avec la Marelle. Merci pour votre patience et aussi pour les mails constructifs reçus. Merci encore aux professeurs qui ont su s'adapter et vivre au mieux cette période un peu compliquée.»

Vision impossible ? Touche Ctrl maintenue, clic sur ce mot «facebook» s'il est souligné et écrit en bleu.

le 27 mai

JOURNÉE SPORTIVE À WALOUPI

Pas de cours en ce dernier jour de semaine à Waloupi. Ni grève, ni congé, ni incident, mais…

 

Du sport. Et rien que du sport. Vous voulez savoir lesquels? Demandez le programme de la journée: elle fut bien remplie:

  • De 9h à 12h30':
    • pour les primaires, épreuves éliminatoires en
        • base ball,
        • handball,
        • hockey,
        • basket,
        • course relais
        • et balle au prisonnier
    • pour les maternelles
        • parcours de psychomotricité,
        • jeu de lancer,
        • jeu de ballon,
        • parcours équilibre,
        • saut
        • et bowling
  • 12h: remise des diplômes du meilleur sportif et d'une médaille aux petits de maternelle.
  • De 12h30' à 13h30': temps de midi + ouverture du bar et petite restauration.
  • 14h: finale:
        • balle au prisonnier,
        • mini-foot
        • et handball.
  • Vers 14h30': remise des prix.

Mais pourquoi cette soudaine débauche de mouvements? Afin de finaliser agréablement le projet qui avait été mené sur le thème des jeux olympiques.

Ce projet avait conduit les élèves de la 3e maternelle à la 6e primaire en classes de sports pendant 3 jours; ils avaient aussi effectué pas mal de recherches sur les Jeux Olympiques, leur histoire, les valeurs morales et mentales qu'ils véhiculent et développent.

À partir de midi, parents et amis étaient invités à admirer dans le hall d'entrée une exposition présentant des photos prises lors de ces classes de sport (certaines disposées sur une ligne du temps consacrée à ce séjour), des dessins, des bricolages,…

Une autre exposition valorisait quant à elle les réalisations des plus petits (1e et 2e maternelles) que Waloupi avait conduits sur le chemin des cinq sens, en somme dans une belle découverte d'eux-mêmes.

Les visiteurs avaient aussi le loisir d'encourager les enfants en compétition. Ceux qui l'avaient souhaité pouvaient même se restaurer sur place; 95 sandwichs aux garnitures variées avaient été réservés.

Waloupi, on le sait, se répartit sur 3 sites, au Wainage, à Pironchamps et au Louât qui abrite en quelque sorte le quartier général et surtout qui dispose des installations les plus adaptées à pareille organisation.

Le Louât avait donc invité les classes primaires des deux autres implantations, le déplacement semblant difficile pour les maternelles. Si bien que l'on comptait 218 participants à la journée sportive: les 64 enfants de maternelles du Louât (eux étaient évidemment sur place), et 154 de primaires (78 du Louât, 32 du Wainage et 44 de Pironchamps).

Le croirez-vous, la remise des prix permit de constater que tous les élèves de maternelles remportaient à égalité une médaille et un diplôme du meilleur sportif!

Même résultat en primaires où chaque participant se vit médaillé et nanti d'un porte-clé stylo très pratique. Tout cela sous les yeux attendris des parents, de l'équipe éducative et de la directrice, Audrey Meneguzzi, mais pas seulement...

... Échevin de l'enfance, de la jeunesse et des sports, Atilla Demir assistait à la dernière partie de la journée et à la remise des prix (à noter que c'est grâce à son intervention que l'école avait obtenu de l'ADEPS le nombre de médailles nécessaires).

Vision impossible ? Touche Ctrl maintenue, clic sur ce mot «facebook» s'il est souligné et écrit en bleu.

le 29 mai

LA FÊTE DE L'AMITIÉ

Farciennes est l’une des entités les plus multiculturelles du pays. L'entité est aussi devenue un exemple d’entente, illustrée par une «Fête de l’Amitié» qui avance doucement vers ses vingt ans sans perdre rien de sa valeur ni de sa popularité.

Ainsi encore de l’édition 2016, malgré un temps très défavorable aux visites sur l’esplanade où se dressaient les tentes abritant les diverses communautés et acteurs sociaux participants.

Le soleil, les visiteurs en foule le trouvaient dans le sourire des exposants aux origines de pays très divers : Italie, Grèce,Turquie, Espagne, Maroc, Pologne, Guadeloupe, Portugal, Belgique bien sûr, et d'autres que vous découvrirez sur le plan ci-dessous. Des rencontres, des échanges, des découvertes : tout pour bien se comprendre, s’apprécier, vivre ensemble de mieux en mieux. Voici donc le plan d'occupation de l'esplanade, étendu à la cour de la Marelle afin d'y accueillir le village des enfants

 

On aurait pu se rafraîchir des trappistes de toutes sortes proposées par Farciennes + et la Croix-Rouge, y ajouter un thé marocain, un soupçon de mezze, une portion de frites, les délices d’un tiramisu ou encore des crêpes à la turque fameusement farcies, d’autres gâteries gustatives encore...

 

Mais le tour du monde (ou presque) ne s’arrêtait pas là. Dans la salle, sans discontinuer, après l’apéro collectif et les discours, on entamait le voyage par de belles prestations de l’académie, et on le poursuivait avec une quantité de danses folkloriques et de démonstrations, par des groupes de chez nous et d’ailleurs, dans les genres les plus divers, mêlant l’Orient, l’Afrique, l’Amérique du Sud et l’Europe (voyez le programme!)..

 

Organisée par la Commune, sous l'égide des échevins Benjamin Scandella, Joséphine Cammarata et Atilla Demir, la fête fut mise en place par le remarquable travail d'Angélique Crucilla (service communication), Michaël Planamente (responsable du plan de Cohésion Sociale) de leurs équipiers et des services communaux concernés.

Ils avaient donné le meilleur d’eux-mêmes, tout comme le firent Julien Laurent, animateur formidable de bout en bout depuis 3 ans, et Shems accompagnant pratiquement tout à la darbouka (percussion orientale) depuis... 16 ans!

La réussite fut leur récompense.
L’Hymne de l’amitié ouvrait et clôturait la fête qui allait s’éteindre doucement sur le fond musical distillé par le DJ.

Voici les paroles de cet hymne.
Lisez les bien : tout l’esprit de la fête de l’amitié s’y exprime.


Couplet

Oui on vient tous de quelque part
Arrivés avec plein d’espoir
On nous appelle les étrangers
Mais tous frères depuis qu’on est nés
Immigration, rencontre
C’est un Départ pour un, une arrivée pour tous
Mix de culture, d’idées, telle est notre devise, et notre force


Refrain

On sait où on va mais aussi d’où on vient
Le temps du chacun pour soi est déjà loin
Il n’y a qu’une seule race, à laquelle on appartient
Celle qu’on appelle Humaine, celle dont tout le monde survient

Couplet

La tolérance et le respect
Sont notre Espéranto à tous
Notre devise universelle
Qu’on soit debout ou à genou
Ici, on a 6240 raisons, de s’entraider
Communautés, cités
C’est notre identité, notre passé,

Refrain

On sait où on va mais aussi d’où on vient
Le temps du chacun pour soi est déjà loin
Il n’y a bien qu’une seule race à laquelle on appartient
Celle qu’on appelle Humaine, celle dont tout le monde survient

 


Trop de personnalités de Farciennes et d'ailleurs pour que nous osions nous risquer à une énumération qui serait inévitablement injuste.

 

 

Vision impossible ? Touche Ctrl maintenue, clic sur ce mot «facebook» s'il est souligné et écrit en bleu.

Vous pouvez aussi trouver une quarantaine de ces photos en diaporama accompagné d'un enregistrement sonore de l'hymne de la fête en cliquant ici vers You Tube