Farfleur: un site entièrement bénévole pour le seul plaisir de compléter votre information locale...



Ça s'est passé à

En

février

2018

Pour se diriger, dans tous les cas : cliquer sur une mention en bleu soulignée.

Le 10: Souper du Cdh de l'entité Fleurusienne

Les 16 et 17: Cabaret de la Confrérie de la Cité des Bernardins : L'amour estê dins l'pachi par Li Cabarêt dins l'bûse


>

W.-BAULET, le 10 février

SOUPER AUX MOULES DU CDH DE L’ENTITÉ FLEURUSIENNE

MENU

- Apéritif maison

– Frisée aux lardons, Moules, Frites
ou
– le même accompagnement, mais avec des Boulettes

– Dessert (éclair au chocolat)
– Café

TEXTE

 

 

Avec l’aide d’amis bénévoles, le comité avait parsemé les nappes blanches de pétales de roses rouges en soie et de verdures hivernales voisinant çà et là des pralines. De fins vases porteurs de gerberas dans la même gamme orangée que les serviettes rythmaient les tables des 146 convives.

Préparer ce souper aux moules (une tradition qui a plus de 60 ans) requiert une fameuse somme de travail et de dévouement.

Ainsi toute l’équipe, bénévoles inclus, y participa-t-elle; ils ont:

  • gratté 100 kg de moules,
  • transformé 12kg de viande hachée en plus de 120 boulettes,
  • pelé et cuit 10 kg d’oignons,
  • cuit dur et écaillé 100 œufs,
  • apprêté 32 kg de frites.

Un travail, vous en conviendrez, d'importance; aussi bien avait-on œuvré dès la veille de 13h30 à 19h et l’on était au boulot le jour même depuis 17h.

Restait à servir aux tables, et ça, ce fut le job des filles du Patro N.D. du Sourire, dont certaines commencent à avoir une jolie expérience en la matière, car elles sont présentes à tout coup.

En plus de la qualité du repas lui-même, leur gentillesse et le grand talent de Cédric aux platines furent assurément des ingrédients de la réussite de ce souper traditionnel et familial.

Je m’en voudrais enfin de ne pas signaler que l’on fêtait ce samedi soir les anniversaires de Marie-Astrid MANGON et d’Édouard TOUSSAINT.

COMITÉ DU Cdh DE L'ENTITÉ



Caroline BOUTILLIER (Présidente); Jean-Jacques LALIEUX et Lucio TRIOZZI (vice-présidents); Secrétaire-Trésorier: Édouard TOUSSAINT.

PRÉSENCES

 


Les conseillers communaux Philippe SPRUMONT, Éric PIÉRART et Philippe BARBIER; le conseiller de l’aide sociale José LALOY, ainsi que Philippe DAHIN et Jean-Marie ABOGSO (Comité d’Arrondissement de Charleroi-Thuin); Philippe CHARLIER (Président d’arrondissement du Cdh Charleroi), Éric GOFFART (Échevin à Charleroi), Jean-Claude GROLAUX (conseiller communal d'Aiseau-Presles); des délégations des sections Cdh d’Aiseau-Presles, de Charleroi et de Gerpinnes.

Des photos

Si en bleu et souligné (lien direct), photos aussi sur facebook

>

FLEURUS , les 16 et 17 février

CABARET DE LA CONFRÉRIE DE LA CITÉ DES BERNARDINS: L'Amour estê dins l'pachi
par «Li Cabarêt dins l'bûse)


Événement attendu, le cabaret organisé par la Confrérie de la Cité des Bernardins avec Fleurus Culture a une fois de plus rempli la salle de l’hôtel de ville 2 soirs: vendredi 16 et samedi 17.

 

La Confrérie aura bientôt 20 ans; elle rassemble une trentaine de membres soucieux de défendre et représenter le patrimoine fleurusien culturel et gastronomique en Belgique et à l’étranger. Elle s’est aussi assigné des objectifs philanthropiques.

Tout cela demande des ressources financières; elle les réunit grâce à des sponsors et au public qui la soutient par sa présence à ses organisations comme ce cabaret.

Le Grand Maître de la Confrérie, Daisy CROMBEZ, s’est adressée ainsi au public avant le lever de rideau:

«Chers amis,

Aujourd’hui encore, vous nous faites l’amitié d’assister à notre grand cabaret.

Depuis plusieurs années, vous répondez présents au spectacle que la troupe «Li Cabarêt dins l’Bûse» propose avec toujours le même succès.

Quelques jours après la Saint-Valentin, il était logique que la soirée évoque l’amour dins l’pachi.

Nous les remercions pour le spectacle proposé et nous vous remercions également pour votre présence. Un grand merci également à Fleurus Culture pour son aide efficace, sans oublier l’équipe qui, tant au bar que dans la salle, travaille à la réussite de votre soirée.

Nous aurons une pensée pour tous les confrères absents pour raison de santé.

Nous vous souhaitons une bonne soirée et un bon amusement.»

Porte parole de la troupe du «Cabarêt dins l’Bûse», Raymonde DARGENT a remercié la confrérie de l’amitié qu’elle lui apporte, de sa confiance répétée, ainsi que le public de sa fidélité; elle a ensuite présenté le thème du cabaret de cette année, mais, cela allait de soi, sans déflorer réellement son intrigue.

Une intrigue que Marcel DARGENT a bâtie en fil rouge. De brefs textes wallons créent le récit tout en reliant 33 chansons; puisant en écrasante majorité à la très belle variété française, elles mêlent solos, duos et chœurs, et s’autorisent un crochet par un célèbre extrait de l’opéra Carmen.

Avec plus de chant que de «parlé», cela ressemblait furieusement à une opérette en 3 actes, y compris par la qualité de l’interprétation où la troupe semble en progrès constants, c’est dire la qualité aujourd'hui atteinte.

À la générosité quantitative, la quinzaine de chanteurs comédiens amateurs de la troupe ajoutait donc des talents remarqués. Comme pour renforcer encore ce cousinage rapproché avec la comédie musicale ou l’opérette, on eut aussi le plaisir des belles chorégraphies parfaitement intégrées à l’ensemble par des danseuses de la Compagnie d'Émeline.

Quant à l’histoire, elle se déroule dans la ferme d’un village. Le fils du patron est encore célibataire, après 2 rencontres infructueuses. On en attend une troisième, mais Fernand (le fils) n’a pas le temps et envoie son contremaître à la prétendante. Par contre, il y aura une inattendue, des gitans, et je ne vous en dirai pas davantage si ce n’est que le dénouement constitue une surprise.

En fin de spectacle et hors programme, la troupe a rendu un hommage exceptionnel à Johnny HALLIDAY : «Vivre pour le meilleur», chanté par Yves BRACHOTTE, il s’accompagnait de mouvements symboliques rythmés de toute la troupe.

Le public a chaleureusement manifesté sa satisfaction d’applaudissements enthousiastes; tout le monde était «super content» du cabaret 2018.

Confrères et Consœurs n’y avaient pas chômé. Ils avaient assuré le service salle, et dans le hall, après le spectacle et aux deux entractes, la vente de Pommeau des Vergers de Fleurus, de biscuits Bernardins, de sandwichs. Ils y avaient aussi tenu un bar.

 

 

Le programme

-scénario: Marcel DARGENT
-mise en scène: Marc GOORIS
-accompagnement musical: Michel SALVATORE
-direction des chants: Daniele SURACI
-chorégraphie: La Compagnie D’ÉMELINE.

PRÉSENCES

 


On a pu rencontrer entre autres les échevins François FIÉVET et Mélina CACCIATORE, les conseillers Claude MASSAUX et Christine COLIN. L’échevin Loïc D’HAEYER était excusé.

Des photos

Si en bleu et souligné (lien direct), photos aussi sur facebook